couv-french-kiss-OK-600x600

FRENCH KISS

NOUVEL ALBUM
SORTIE LE 3 MARS 2017

[ Ulysse Maison d’Artistes | L’Autre Distribution ]

Askehoug, la classe, la vraie.

Télérama Sortir

La moustache de Dewaere, un timbre de voix entre Bashung et Arthur H, Askehoug est aussi smart qu’il le chante.

Télérama

Une élégance négligée, cela ressemble à du dandysme, Askehoug parvient à se faire remarquer grâce à un sens contrasté de la poésie à double face…

France Inter

Avec la classe et la décadence de Gainsbarre, cet irrésistible moustachu s’impose comme l’un des plus singuliers personnages de ces dernières années.

Longueurs d’Ondes

BIOGRAPHIE

askehoug
Un dandy, un crooner, un personnage fantasque.

 

Ces étiquettes-là lui collent aux basques. Elles ne sont pas erronées, juste légèrement réductrices. Ou plutôt incomplètes. Sur scène, une soudaine légère perte d’identité. Sublimer les clichés, lâcher prise, se dévoiler sans crainte. Lui le timide au quotidien s’abandonne à ses sensations, éprouve une réelle jubilation dans cette énergie décomplexée. C’est le terrain de jeu de tous les possibles. Pas de censure d’émotions mais un plaisir aussi palpable que délectable. Impossible de rester de marbre devant cette folie douce, cette réjouissante dose d’autodérision, cette truculence éloquente, ces intermèdes délicieusement inattendus.

 

Ce n’est pas un artiste débitant chaque soir la même formule apprise par cœur. L’improvisation entre constamment dans la danse, désinvolte, cocasse et savoureuse.

 

Donc Askehoug. Au civil, Matthieu Aschehoug. Ne pas chercher une quelconque légende pour cette minime transformation orthographique. Le patronyme d’origine norvégienne a seulement été modifié pour des raisons de prononciation.
LIRE LA SUITE
Ce type a tout en magasin : l’inspiration mélodique, une voix à la fois grave, nocturne et prenante, un phrasé-parlé accrocheur, une approche de multi-instrumentiste, un art poétique du contraste, une culture musicale grande ouverte mais en aucun cas cuistre, du style et une personnalité singulière.

Reste qu’on le découvre vraiment deux ans plus tard à la sortie de « Je te tuerai un jeudi », confectionné avec l’agilité d’un diablotin, davantage rock et dont on a toujours pas réussi à se lasser. Entre excellent accueil critique, plusieurs récompenses dans son escarcelle comme celle du coup de cœur Charles Cros, le prix Moustaki, des entrées en playlist sur France Inter et FIP, tous les voyants sont au vert. Sauf que sa structure vole en éclats et le ralentit dans sa marche en avant. Mais Askehoug, qui a plus d’un tour dans son sac, rebondit en s’acoquinant avec deux nouveaux musiciens. Les retours élogieux en provenance de la scène finissent par conforter cette nouvelle échappée salvatrice. Avant de livrer le troisième chapitre discographique, il passe par la case Avignon. Durant un mois et sous l’égide d’un projet collectif de l’Adami, il se produit dans le cadre du off. Un écrin parfait pour rôder les chansons de « French Kiss ». Si on y retrouve un Askehoug mature et racé dans sa pratique et ses enthousiasmes, cette nouvelle prise en main s’accompagne d’une remise en perspective. Le chanteur à la silhouette dégingandée assume totalement la simplification et le resserrement de son esthétique.

 

Des morceaux aigre-doux qui possèdent un vocabulaire musical suffisamment riche pour ne jamais tendre vers la lassitude. De la chanson buissonnière, ouverte à tous les vents, emballante et éclectique. Ce fan de John Barry et Bashung puise son inspiration dans l’acuité du monde contemporain. Un monde vu de biais, sédentaire et voyageur, intime et extime, amoureux et belliqueux. Le disque, réalisé par son bassiste Michel-Ange Merino, s’ouvre par une (fausse) interview à l’ironie mordante.

 

Peut-être lui manque-t-il juste un physique à la Georges Clooney, une gueule d’amour à la Ryan Gosling pour que les filles s’évanouissent. Rien de grave puisque il est le fils caché de Jean Rochefort. Et puis on se dit qu’un garçon qui a fait un mémoire sur David Lynch et son film Lost Highway ne peut qu’être fréquentable. C’était au cours de ses années d’études aux Arts déco à Paris où il a été diplômé en installations vidéos. Là-bas, il se fond dans le groupe de l’école. Cela lui permet de faire ses classes, de s’ouvrir d’autres horizons au sein de formations arty ou punk. On le retrouve par la suite en qualité de bassiste aux côtés notamment de Stupeflip ou Louis Chedid. Passage également par la musique de film via le long-métrage « L’âge d’homme… maintenant ou jamais » (avec Romain Duris ). Expériences enrichissantes qui vont finir par le convaincre d’endosser lui-même les habits de chanteur. Le déclic surgit un soir de Stade de France où il accompagne un chanteur de variété en première partie de Johnny Hallyday. Une marée humaine devant lui. Il n’a pourtant pas le trac.

 

Askehoug se place ainsi aux avants-postes. Délivre sa première carte de visite en 2009 avec « Smart & Piggy », disque auto-produit, foutraque et aux effluves jazzy. Une sorte de soupape libératrice. Il brasse des humeurs inconfortables, des arrangements mouvants et des mélodies avenantes. Askehoug se projette avec un égal bonheur du côté du réalisme onirique (Nuage), d’un échange verbal théâtral (Didascalie), de la volupté érotique équestre (Bijou), du rejet de cette société comptable (Mathématiques), de l’affrontement du couple (La dispute et son ultime phrase couperet « Alors amour de ma vie/Tu ne seras jamais… mon amie »), de la détestation aiguë de la belle-mère (Marguerite). Il livre aussi une vision écologique féroce et carnassière (La guerre des animaux) et marche dans les mots de Pierre-Dominique Burgaud dans un titre initialement destiné à la chanteuse Dani (Bonjour la solitude). Des chansons qui feignent la naïveté pour inscrire dans la longueur leur solitude érudition. Et ériger définitivement Askehoug comme un ami fidèle et précieux.

 

Patrice Demailly

VIDÉOS

MUSIQUE


  • Bonjour La Solitude by Askehoug
  • Nuage by Askehoug
  • La Guerre Des Animaux by Askehoug

DISCOGRAPHIE

Smart & Piggy

Je Te Tuerai Un Jeudi

French Kiss

AGENDA

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la lettre du mois d’Askehoug.

 

Pour une information fiable
(GALA ET CLOSER exclus)

Votre email (obligatoire)

Votre département (obligatoire)

Votre pays (obligatoire)

CONTACTS

Label

Ulysse Maison d’Artistes
www.ulysseproductions.com

Tournée
Ulysse / Caro Teriipaia
caro@ulysse.coop
+33 (0)6 18 92 35 49

Promo nationale

Marie Britsch
mariebritsch@gmail.com
+(0)6 09 95 36 02

Promo tournée
Ulysse / Kora
kora@ulysse.coop
+(0)6 30 79 42 00

Mentions légales

Propriétaire du site

Le site est la propriété de SARL Ulysse Productions
dont le siège social est 32 rue du Faubourg du Pin 46100 Figeac.

Responsable de la publication Ulysse Productions.

 

Identifications siège

Raison sociale : SARL Ulysse Productions
Adresse : 32 rue du Faubourg du Pin 46100 Figeac
Téléphone : 05 65 33 75 39
E-mail : info@ulysseproductions.com

N° SIRET : 789 461 621 00011
Licences : 2-1062471, 3-1062472

 

Hébergement du site Internet :

OVH
140 Quai du Sartel – 59100 Roubaix
Tél : 08 203 203 63
www.ovh.com

 

Propriété intellectuelle

La reproduction et/ou diffusion des visuels d’illustration, des documents téléchargeables, des représentations iconographiques et photographiques, plus généralement de tout élément original – au sens du Code de la propriété intellectuelle – ainsi que du site en lui-même sont strictement soumis à l’autorisation préalable et expresse de Ulysse Productions.

Au regard de la loi 78-17 du 6 Janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux données personnelles vous concernant.

Il suffit d’en faire la demande par e-mail à l’adresse suivante : kora@ulysse.coop

 

La conception et la réalisation du site web a été réalisée par

We Are Blow – www.weareblow.com